We Are I.V : "On essaie de créer un maximum de contraste dans ce qu’on fait" (Interview)

Ecrit par

Ils inondent les stations avec Da Blues et investiront la Gaité Lyrique le 18 novembre prochain, We Are I.V est la nouvelle sensation électro pop à suivre. VirginRadio.fr a rencontré le quartette français ; entretien.

Quand We Are I.V a proposé à la rédaction de VirginRadio.fr de leur rendre visite en studio, nous étions loin d’imaginer que cela invoquerait un long périple. Quelques cafouillages GPS, deux captures Google maps et un appel désespéré plus tard, nous avons enfin retrouvé le groupe là où il passe la majorité de son temps. Comme dans la majorité des studios, il a y des consoles, des écrans, et des micros ; le parfait kit de l’artiste d’aujourd’hui. C’est en ce lieu même que les ces Fab Four français ont composé Da Blues, un titre auquel personne n’a pu échapper et dont la lyric vidéo vient d’être dévoilée. Parce que derrière chaque morceau, il y a une histoire, Da Blues ne fait absolument pas exception et même si Matthieu s’amuse à faire croire qu’il a tout fait et que les autres « ont regardé et appris », on se doute bien que c’est beaucoup plus complexe que ça. En vérité, tout part d’une simple vidéo trouvée sur internet. Imaginez « un mec qui chantait un titre à lui, a capella et assis sur un ampli » ; C’est là que commence l’histoire du dernier tube de We Are I.V.

Quand un sample devient un vrai titre

« On a samplé une toute petite partie de ce qu’il chantait et on en a fait une chanson. On a gardé le tout petit bout qui fait 'I've Got the blues' - a imaginé avec l’air approprié-, on l’a découpé, on a fait notre partie », explique Nicolas. Moralité de l’histoire, il faut toujours poster vos covers ou autre composition, vous pourriez finir en radio. Aussi, ce qui est intéressant avec Da Blues, c’est que « c’est vraiment un sample. Ca vient d’un truc déjà compressé, ça sonnait déjà un peu à l’arrache et ça rend super bien dans le titre, au final. Ca fait un petit peu vieillot et authentique et quand on l’a fait écouter au label pour la première fois, ils pensaient que c’était voulu alors que non. »

Une histoire de contraste

Avec ce titre, ils voulaient « essayer de faire un contraste » et surtout, surprendre ; c’est visiblement un pari réussi. Mais ce qui frappe surtout dans ce titre, c’est son ironie. « I’ve Got this Shortness of breath / That feeling of Imminent Death », peut-on entendre. Pas très réjouissant, vous en conviendrez. Par contre, le rythme appelle à tout envoyer valser et c’est justement ce qui fait de Da Blues un titre particulier. Le plus beau, c’est que c’est un contraste recherché, au point de faire penser à Alors on danse de Stromae. Ce que le groupe recherche, c’est « ce côté contrastant entre les paroles et la musique.On essaie de créer un maximum de contraste dans ce qu’on fait pour que ce soit toujours intéressant à écouter. et pour qu’il se passe toujours quelque chose. », avoue Laurent.

Le zouk, l'EP et le howl festival

Cette notion de contraste, on la retrouve tant dans la musique que dans la lyrics vidéo. En la regardant, certains ne pourront pas s’empêcher de penser à The Magic Key de One T et Cool T et lorsqu’on leur en parle, les français admettent qu’ils n’y avait pas pensé. Par contre, la devise du Dj, elle, Matthieu ne l’a pas oubliée : « il a douze ans et il n’aime pas la French Touch », parait-il. Manque de chance, la fameuse French Touch revient en force avec We Are I.V en tête de ligne. En ce qui concerne l’EP prévu en janvier 2016, il faudra s’attendre à « du zouk, bien sûr ! » Plus sérieusement, We Are I.V s’inscrira toujours dans un son Electro Pop ; il y aura « des choses sur lesquelles on nous attend moins mais ceux qui nous ont vu en live par contre connaitrons déjà ces titres là. » Vous voilà donc prévenus. La bonne nouvelle, c’est que vous en aurez « plus ou moins une bande annonce la 18 novembre », quand le groupe se produira dans le cadre du Howl festival.

Source : Virgin Radio