The Walking Dead saison 7 : Rick, Maggie, Dwight... l'heure du bilan

Le bilan de la septième saison
Ecrit par

Après une saison sous haute tension, nous avons eu droit à un final explosif. Maintenant qu'AMC a diffusé l'intégralité des épisodes, il est temps de faire le bilan.

Dès le premier épisode, la production de The Walking Dead a frappé fort. Alors en perte de vitesse, la série n'a pas tardé à faire rebondir l'intérêt. Sur Twitter, on pleurait Glenn et Abraham (mais surtout Glenn), on voulait faire la peau à Negan et surtout, on attendait la suite avec une impatience démesurée. Bien que quelques lenteurs aient ponctué cette septième saison, reconnaissons tout de même qu'elle n'était pas mal - vraiment pas mal. Et d'ailleurs, il valait mieux puisqu'une saison huit a été commandée avant même la fin de la précédente. Maintenant que les 16 épisodes ont été diffusés, il est temps pour nous de faire le bilan. Cette saison était-elle aussi bonne qu'on le dit ?

Rick

Quand nous retrouvions Rick en début de saison, il était à ramasser à la cuillère. En même temps, on ne pouvait pas espérer mieux : voir deux de ses proches se faire massacrer par un taré et une batte, ça laisse des traces. A partir du Season Premiere, on a pu voir le leader chuter peu à peu, au point de devenir la "Bitch de Negan". Evidemment, ça n''a pas duré longtemps. Rick aura mis le temps mais dès le retour de Daryl, il se reprend. On n'irait pas jusqu'à dire que sa renaissance a été celle d'un phoenix mais, presque. Enfin, il est redevenu le leader qu'il était au départ même si, avouons-le, il était surtout aveuglé par la vengeance. La question reste qu'il faut voir la différence : l'éradication du Sanctuaire serait un bien pour toutes les communautés mais on se demande toujours si tuer est la solution.

Negan

Negan est sûrement le personnage le plus complexe de cette série et maintenant que la saison 7 est passée, on n'attend qu'une chose : la diffusion d'un épisode qui nous explique enfin ce qui l'a rendu aussi mauvais. Quoique, non. Negan n'est pas mauvais - il faut simplement essayer de voir les choses de la même façon que lui. Il le répète à Sasha quand il la retient et une fois encore on se pose la question : il est horrible et atroce mais, est-il le vrai méchant de l'Histoire ? On espère que la saison 8 nous le dira. Toujours est-il qu'en 16 épisodes, notre opinion de lui a varié comme des montagnes russes.

Daryl

Le plus gros poids de Daryl cette saison, c'était la culpabilité. On le savait, on nous avait prévenus et pourtant, nous n'étions pas préparés à le voir dans un état pareil. Daryl en vêtements de bagnard qui écoute Easy Street en boucle et qui mange de la pâté pour chien en imaginant qu'il le mérite, c'est un peu loin de l'idée du warrior badass qu'on se faisait. Et c'était intéressant de voir le personnage aussi écorché vif. Sans Maggie pour définitivement le débarrasser de ce poids, il serait encore en train de se torturer. Et dieu sait qu'il le faisait déjà très bien.

Maggie

S'il y en a une dont l'évolution aura été capitale cette saison, c'est bien Maggie. La mort de Glenn nous l'a mise dans un état improbable (pas étonnant), au point que le mensonge du Père Gabriel aurait pu devenir une réalité - mourir de chagrin dans son état, c'était possible. Mais Maggie Rhee ne se démonte pas : elle conduit des tracteurs pour virer les walkers, elle les tue à la place de Gregory et prend Hilltop. Maggie s'est révélée dans cette saison et clairement, on a hâte de voir ce qu'elle vaut en tant que leader.

Dwight

Si vous vouliez botter les fesses de Dwight après avoir vu comment il traitait Daryl, c'est tout à fait normal - nous aussi, on lui aurait bien dit notre façon de penser. Sauf que Dwight n'est pas que le gentil larbin de Negan. Quand sa femme parvient enfin à s'enfuir, il réalise qu'il ne doit plus rien à son chef et se retourne contre lui. Enfin, on le voit exister par lui-même. Il ne se cache plus derrière Negan, il n'agit plus dans l'intérêt de sa femme. A partir de là, il devient un personnage à part entière.

Sasha

Sasha était comme Abraham - elle voulait que sa mort ait un sens et là, on peut difficilement faire mieux. Quand elle a fini par "accepter" le marché de Negan, nous savions tous qu'elle préparait quelque chose mais la façon dont elle est morte, personne ne l'avait vraiment vu venir. Quelque part, on était préparés : sa conversation avec Rosita, les flash back avec Abraham... Sasha a fait ses adieux, elle est partie en paix et en plus, son sacrifice a servi à quelque chose. Sa loyauté aura été plus forte et c'est tout ce que l'on retient : même dans l'adversité et l'horreur, la famille d'Alexandria se serre les coudes.

Evidemment, faire un bilan complet prendrait bien trop de temps. Le personnage d'Ezekiel paraissait un peu fantasque au début et même s'il l'on savait qu'il ne serait pas facile à convaincre, il a fini par rejoindre les rangs de Rick. Sans lui (et sans Shiva, nouvelle mascotte), la fin n'aurait pas été la même. En ce qui concerne Oceanside, on voit bien que deux vision s'opposent : celle de Sindy (qui est plus jeune) et celle de sa grand mère. Dans la saison 8, on espère les revoir. Les longueurs qui ont ponctué la saison, elles était nécessaires. Sans elles pour faire les transitions, nous n'aurions pas eu une révolte aussi intense. Maintenant que le final en a fait trembler plus d'un, il n'y a plus qu'à prier pour que la saison 8 soit aussi intense.

Source : virginradio.fr, AMC - Crédit : AMC, gene page