The Slow Show au MaMA Festival 2016 : Rencontre avec les Anglais enchanteurs (Interview)

Ecrit par

The Slow Show se produisait le mercredi 12 octobre au Divan du Monde dans la cadre du MaMA Festival 2016, l’occasion pour nous de rencontrer ce mystérieux groupe originaire d’Angleterre dont la voix enchanteresse du chanteur ne peut laisser personne indifférent. Découvrez notre entretien !

Cette année encore au MaMA Festival on a vu et rencontré du beau monde. Le festival itinérant au Nord de Paris permet aux participants de se balader de salle en salle pour y découvrir les talents de demain, les étoiles montantes ou encore des têtes d’affiche dont la réputation n’est plus à faire. La rédac’ s'y est entretenue avec le duo folk Part-Time Friends pour savoir un peu où ils en étaient depuis leur passage dans le Lab mais aussi le groupe The Slow Show, cinq Anglais originaires de Manchester dont la voix très grave et profonde du chanteur qui habille leur majestueuse musique ne peut laisser personne indifférent. Rencontre avec l’un des groupes les plus intrigants du moment.

Pour les présentations, Rob c’est le chanteur, celui dont la voix en fait frissonner plus d’un, Fred le pianiste qui s’occupe aussi du mixage des morceaux, Joe à la guitare, James à la basse, Chris à la batterie et pour le cor, ils alternent entre différents amis. Rob et Fred sont les deux membres à l’origine du projet, ils se sont rencontrés alors que Fred bossait dans un studio d’enregistrement, côté technique seulement, et Rob s’y est présenté un jour avec son groupe. Ils sont devenus amis et de fil en aiguille ont décidé de produire leurs propres morceaux. « À l’époque je répondais aux demandes des clients, mais je n’étais pas toujours d’accord avec leurs choix. Là je voulais faire quelque chose que j’approuvais totalement, et Rob m’a laissé faire. Il s’est avéré qu’il a beaucoup aimé et qu’on avait beaucoup de points communs. C’est comme ça que tout a commencé. », nous raconte Fred à la sortie de leur concert au Divan du Monde.

« Ça n’a pas commencé dans le but de faire des concerts, ça n’a pas commencé dans le but d’être un grand groupe. » Oui, au départ les deux musiciens n’ont monté le groupe que pour s’amuser, pour être libre de leurs productions mais les gens ont insisté pour qu’ils se produisent sur scène, et c’est là qu’ils ont intégré les autres au projet. Le nom The Slow Show, contrairement aux apparences, ils ne le doivent à The National, ils l’ont choisi avant même que la chanson du même nom sorte. « On aimerait presque avoir opté pour un autre nom en fait, à cause de ce titre justement. » The Slow Show, ils l’ont choisi littéralement pour la traduction anglaise Concert Lent, « parce qu’on aime les prestations lents, on aime prendre notre temps »

L’une des particularités du groupe est incontestablement la voix singulière de Rob, profonde, grave, intrigante, très sexy. Certains médias lui attribuent même le titre de « la voix la plus sexy de tous les temps », on leur a demandé ce qu’ils en pensaient. « C’est clair que c’est un vrai atout pour le groupe mais cette voix il ne la joue pas, c’est sa vraie voix (…) il est plutôt modeste à ce sujet, ça ne l’affecte pas. Après nous, on ne peut pas vraiment la trouver sexy, on le connaît trop bien et on est ses potes. »

Leur second opus Dream Darling est sorti le mois dernier, et les gars le décrivent comme « moins sombre que le précédent ». « Il y a toujours des chansons sombres mais le tout sonne plus optimiste, plus positif. Ça parle toujours de sujets tels que le cœur brisé, perdre son conjoint, ses amis, de ces choses que les gens traversent dans la vie. On a vécu ces choses mais on se focalise sur la suite maintenant, sur les choses positives. On veut laisser les choses sombres derrière nous, et on espère que ça a marché. » Ce qui a le plus changé entre les deux albums ? « On est moins lent ! (ndlr. slow = lent en anglais) On a fait un album plus rapidement, on a fait beaucoup de concerts, tout semble plus facile, on sait ce qu’on fait. On a plus d’expérience. »

Encore peu connu du public français à ce jour, The Slow Show ont pourtant joué pour la première soirée du MaMA Festival 2016, leur permettant ainsi de rencontrer une nouvelle fois leur fans qui commencent à être de plus en plus nombreux aux concerts. « Le contact avec le public français a été bon (…) c’est seulement notre troisième concert en France mais c’est un très bon début, très encourageant et on espère pouvoir revenir bientôt. (…) On a eu un bon feeling avec les gens ! » Pour ceux qui ne connaitraient pas (encore) The Slow Show, les gars ont un message pour vous : « Si vous voulez écouter quelque chose d’émotionnellement lent, quelque chose où il faut prendre son temps pour, une musique pour quand vous rentrer chez vous le soir après une journée stressante de travail, il se pourrait que notre musique soit faite pour vous… » Et si vous succombiez vous aussi à la musique électrisante de The Slow Show ?