Taylor Swift : "Certaines choses que j'écris sont ironiques"

Ecrit par

Taylor Swift a de nouveau fait parler d’elle cette semaine en s’affichant en couverture de GQ. Dans une interview accordée au magazine masculin, elle a confié que l'image d'elle-même véhiculée par les médias l'avait longtemps touchée.

Ce n’est pas un secret, Taylor Swift, comme la grande majorité des artistes, s’inspire de sa vie pour composer. Mais la chanteuse est toujours restée très vague sur les personnes qui ont inspirées ses chansons. Alors évidemment, les médias et les fans se font un plaisir de spéculer inlassablement pour tenter de deviner à qui sont dédiés chacun de ses titres. Dans le monde entier, les médias clamaient régulièrement que « Bad Blood » était d’ailleurs un message destiné à Katy Perry et les fans des deux popstars se livraient depuis une guerre sans merci. Finalement, il semblerait que la chanson ne s’adresse absolument pas à Katy Perry mais plutôt à l'ex-petit ami de Taylor. Et oui, tout ça pour ça. Pour autant, la chanteuse n’est visiblement pas perturbée si ses paroles ne sont pas forcément interprétées comme prévu. C'est ce qu'elle a confié à GQ. « Certaines des choses que j’écris dans une chanson comme «Blank Space» sont ironiques. Je peux écrire des choses comme ‘I get drunk on jealousy but you’ll come back each time you leave, ’cause darling I’m a nightmare dressed like a daydream'. Mais ce n’est pas ma façon de voir les relations. »

Taylor Swift : "Certaines choses que j'écris sont ironiques" - photo
Taylor Swift : "Certaines choses que j'écris sont ironiques" - photo
Taylor Swift : "Certaines choses que j'écris sont ironiques" - photo
Taylor Swift : "Certaines choses que j'écris sont ironiques" - photo

En revanche, elle prend beaucoup de plaisir a construire des histoires et à se glisser dans la peau de ses personnages. Une jolie façon d’ailleurs, de répondre à ceux qui la jugeait sur sa vie personnelle plutôt que sur sa musique. « Mais est-ce que c’est cool d'écrire le récit d'une jeune fille qui est folle, mais séduisante, glamour et manipulatrice ? J’avais le sentiment que c’est le personnage que les médias décrivaient à mon sujet, et pendant longtemps, je me suis sentie blessée par cela. Je l'ai pris personnellement. Mais au fil du temps, je me suis rendue compte que c’était plutôt très drôles. » Quoiqu’il en soit, Taylor Swift règne toujours en maitre sur l’industrie de la musique et n’a pas fini de faire parler d’elle. Son travail s’avère payant puisque le 1989 Tour rapporte gros et se place parmi les tournées les plus lucratives de l’année.

Source : GQ