Rihanna, un diamant brut au Stade de France ( report concert)

Ecrit par

Rihanna était sur la scène du Stade de France samedi 30 juillet pour la dernière date française de son ANTI World Tour, et n'y a pas déçu les attentes de ses fans !

Dix petits jours après Beyoncé, c’était au tour de l’autre reine du R&B de prendre possession du Stade de France. Une date parisienne pas tout à fait complète, mais Rihanna avait vu grand pour cet ANTI World Tour avec quatre dates planifiées en France. Pour tous ceux qui avaient parcouru Instagram et chercher des vidéos sur You Tube, pas de surprise, l’artiste suit le même fil d’un show très calibré. Ce qui ne l’empêche pas de faire preuve d’une spontanéité rafraîchissante. La même spontanéité qui explique, probablement, pourquoi elle attendra 22h pour montrer le bout de sa capuche… Fendant la foule pour sa chanson d’ouverture, Rihanna semble rappeler qu’elle ne vit pas totalement dans une tour d’ivoire et qu’elle se veut proche de ses fans, qu'elle a très vite séduit si l'on en croit les retours enthousiastes sur Twitter. Celle qu’on décrit souvent comme une bête de scène surprend en ouvrant son concert avec une chanson très calme, la bouleversante Stay. Puis très vite la pression monte et Robyn Fenty se mue en bad gal riri débordante de sensualité sur Sex with me.

No horse no carriage ???????????? #antiworldtour #rihanna #badgal

A video posted by Nadia (@nadia_mhn) on

Outre les tubes de toujours, Umbrella, Where Have You Been, We Found Love ou Bitch Better Have My Money, les chansons d’ANTI sont très représentées dans le set. Mais Rihanna, maline, semble se souvenir de l’accueil mitigé reçu par l’album il y a quelques mois et ironise en demandant aux spectateurs public s’ils possèdent son album mais surtout qui parmi eux l’a acheté… Ce que la chanteuse manque parfois en technique vocale, elle le compense par sa générosité et sa bonne humeur. C’est à coup de grands sourires, de petits mots bienveillants et de bootyshakes bien placés que riri emballe son public. Des attentions qui culminent lorsqu’elle interprète la très culte Diamonds, qu’elle dédie aux victimes françaises du terrorisme, et fait s’illuminer le stade de mille feux.

Le concert se finit au bout d’une heure et demi sur deux des chansons les plus puissantes d’ANTI, Love on the Brain, que Rihanna décrit comme sa préférée, et Kiss it Better. Riri a offert à ses fans une bulle de joie et d’émotions, soit le meilleur cadeau qu'elle pouvait leur faire en cet été entaché par des événements douloureux. Ce qui étonnera finalement le plus dans ce show américain, c’est la sobriété de la mise en scène. Un groupe et quelques danseurs entourent l'artiste mais le concert est exempt d’effets spéciaux magistraux ou de chorégraphies à couper le souffle. Comme si Rihanna, pleinement consciente de son charisme et magnétisme, n’avait qu’elle-même à offrir, diamant brut aux multiples facettes.