Muse : Chris Wolstenholme fête ses 37 ans, comment a-t-il réinventé la basse dans le groupe ?

Ecrit par

Bien qu'il ait commencé à jouer en tant que guitariste, Chris Wolstenholme, en acceptant le défi avec les Muse, est devenu l'un des bassistes de rock les plus reconnus. Il fête ses 37 ans aujourd'hui et on revient sur la manière dont il a réinventé l'instrument.

Un des clichés les plus acceptés sur les britanniques c'est qu'ils sont sérieux, sobres et certainement pas stupides. Eh bien, Chris Wolstenholme des Muse n'a rien à voir avec tout cela, musicalement ou autrement ! Aujourd'hui, 2 décembre, c'est son anniversaire, et en ces 21 ans de carrière avec les Muse, il est devenu l'un des plus remarquables bassistes de la scène rock, mais dans une façon très différente de ce qu'on pourrait imaginer : "Les groupes britanniques trouvent qu'il est difficile de se livrer à ses passions parfois" a déclaré Chris à BassPlayer. Mais ce n'est pas le cas pour les membres de Muse : "Nous pensons juste 'Fuck it', voilà". L'attitude de Wolstenholme est restée la même tout au long des années, mais au cours de sa carrière avec les Muse, il a évolué dans beaucoup de façons.

Muse : Chris Wolstenholme fête ses 37 ans, comment a-t-il réinventé la basse dans le groupe ?

Dans plusieurs chansons des Muse la ligne de basse est utilisé comme motif central, souvent avec la guitare pour fournir une couche supplémentaire à la chanson et embellir le registre inférieur. La basse est généralement fuzz, saturée et déformée, et d'autres effets électroniques sont également appliqués à la tonalité de la basse pour obtenir un plus grand poids et de la profondeur. Basse et guitare jouent également des parties à l'unisson, à l'occasion, en ajoutant l'accent sur des mélodies et riffs spécifiques (voir l'après-deuxième refrain de"Hysteria" ou le riff principal de "Dead Star"). Mais comment a changé la basse du point de vue de Chris ?

Muse : Chris Wolstenholme fête ses 37 ans, comment a-t-il réinventé la basse dans le groupe ?

"Dans le passé, si l'une de nos chansons n'avait pas une grande ligne de basse, je trouvais qu'il était difficile de profiter. Maintenant, je pense que nous avons tous appris à apprécier, parce que n'est pas une question de 'masser son propre ego'. C'est tout sur la création de la musique qui sonne bien quand on joue ensemble". Tout cela a été réalisé aussi dans un album comme "Drones", après avoir mis de côté la partie électronique : c'est sur ce disque que Chris Wolstenholme a montré l'importance de revenir à l'endroit où les Muse avaient commencé, c'est à dire se concentrer sur un guitariste, un batteur, et, bien sûr, un bassiste, pour voir où ils pourraient arriver. Bravo Chris !