Madonna condamnée à une amende de 1 million de dollars en Russie !

Ecrit par

La chanteuse clame haut et fort qu'elle ne paiera pas cette somme. 

Nous sommes en 2012. Alors en pleine tournée mondiale pour son album MDNA, Madonna s'apprête à se produire à Saint-Pétersbourg et à Moscou, en Russie. Des dates vendues à guichets fermés que la reine de la Pop effectuera devant près de 20 000 personnes. Seulement voilà, ce que les autorités locales n'avaient pas prévu, c'est le discours de près de quatre minutes qu'a prévu de donner l'interprète de Like A Virgin. Une intervention très forte de la part de la chanteuse qui clame haut et fort son soutien pour la communauté LGBT : "J'ai le sentiment que les gens ont de plus en plus peur des personnes qui sont différentes. Les gens deviennent de plus en plus intolérants, mais on peut faire la différence. On n'a pas besoin de passer par la violence, mais par l'amour. Je suis ici pour dire que la communauté gay et les personnes gays ici, et partout ailleurs du monde, doivent avoir les mêmes droits et être traitées avec dignité, respect, tolérance, compassion et amour. Levez vos bras, et montrez votre amour et votre estime pour la communauté gay !"

Des mots qui ne passent clairement pas dans un pays qui condamne "toute propagande en faveur de l'homosexualité" et où les personnes homosexuelles sont considérées comme hors-la-loi. Mais qu'importe. Huit ans après les faits, Madonna vient de publier la vidéo de ses exploits accompagnée de quelques mots de sa part : "J'ai fait ce discours à un concert à Saint-Pétersbourg. Il y a huit ans, j'ai été condamnée à un million de dollars par le gouvernement pour avoir soutenu la communauté gay. Je n'ai jamais payé". Une information démentie par l'agence russe TASS qui affirme que le procès n'a jamais eu lieu. Très touchée par la cause qu'elle défend depuis ses débuts, la chanteuse américaine avait toutefois affirmé il y a quelques années qu'elle ne chanterait plus jamais en Russie. Une promesse qu'elle a tenu puisque ses deux dernières tournées ne s'y sont pas arrêtées.

Crédit : Facebook