Le Diable s'habille en Prada fête ses 15 ans, 5 choses à savoir sur le film culte

Ecrit par

Il y a 15 ans, Le Diable s'habille en Prada sortait au cinéma - l'occasion pour nous de revenir sur quelques faits marquants. 

Il y a quinze ans, le monde suivait le parcours d'Andy Sachs dans le monde impitoyable de la mode. Meryl Streep nous offre une interprétation parfaite de Miranda Priestly, Anna Hathaway est plus que convaincante en jeune recrue et Emily Blunt, elle, perce l'écran. Bref, nous sommes en 2006 et Le Diable s'habille en Prada débarque sur nos écrans, nous donnant envie de faire de nos moindres déplacements des défilés de mode. Et justement, pour célébrer cet anniversaire, voici 5 choses à savoir sur le film culte.

  • Le Budget Costumes

Un film basé sur la mode, on imagine que le budget fut conséquent : l'on doit d'ailleurs les costumes à Patricia Field qui, on le rappelle, a travaillé sur le plateau de Sex and the City et, plus récemment, sur celui d'Emily in Paris. Son secret ? Des tenues iconiques qui, même des années plus tard, ne prennent pas une rides. Et, tenez-vous bien, le budget tourne autour d'un million de dollars... rien que ça. En même temps, c'est ce qu'il fallait pour tourner une scène aussi iconique que les changements de tenues d'Andrea dans les rues de New York...

  • Meryl Streep n'a pas pu aller à Paris

Budget oblige, l'équipe n'aurait pas dû s'envoler pour Paris. Mais après délibération, la Fox finira par envoyer une partie de l'équipe dans la capitale française... sauf Meryl Streep. Comme son personnage resté bloqué à Miami, Meryl Streep est -quant à elle- restée à New York. Certaines scènes ont ainsi été tournées à Manhattan ou dans le Queens.

  • Inspiré d'Anna Wintour ?

Ce n'est pas un secret : Lauren Weisberger a écrit le livre après avoir été elle-même l'assistante d'Anna Wintour. Mais pour jouer Miranda, Meryl Streep a choisi une autre approche : par exemple, l'actrice a choisi de garder son propre accent et de ne pas élever la voix. Ce qui en ressort ? Du charisme et un leadership sans faille.

  • Le bleu céruléen

Ah, ce bleu. Souvenez-vous : Andrea ne voit aucune différence entre deux ceintures bleues et Miranda se lance dans un cour qui en aurait glacé plus d'un. Mais détrompez-vous, ce beau discours, aussi parfait soit-il, a été inventé de toutes pièces par les auteurs.

Même quinze ans après, le Diable s'habille en Prada est toujours aussi culte.

Source : VOGUE