L.E.J. à Solidays 2017 : "Il n’y aura pas de mashup Summer 2017" (Interview)

Ecrit par

L.E.J. jouait à l’affiche de Solidays 2017 le mois dernier, l’occasion pour la rédac’ de VirginRadio.fr de rencontrer Lucie, Elisa et Juliette pour causer premier album, concerts et tubes de l’été. Découvrez notre interview !

Le mois dernier, on a vibré durant l’édition 2017 de Solidays, le festival solidaire bien trop cool qui lance la saison estivale de la meilleure façon possible ! Le trio L.E.J. formé par Lucie, Elisa et Juliette jouait à l’affiche du samedi 24 juin et nous a offert une prestation toute en harmonie de leurs plus belles reprises (big up à Survivor qui a fait ressortir tout le girl power en chaque fille présente ce soir là) mais aussi de leur premier album qu’on attend depuis un petit bout de temps déjà. Justement, on a eu l’occasion d’en discuter avec elles de ce premier album quelques heures avant leur show, mais on a également pu causer concerts, tubes de l’été et notoriété. Notre interview de L.E.J. est à découvrir sans plus attendre ci-dessous !

VirginRadio.fr : Hello L.E.J., tout d’abord, c’est bien votre première fois à Solidays ? Qu’est-ce que ce festival pas comme les autres vous inspire ?

LEJ : Oui, c’est bien ça ! Il nous inspire beaucoup de solidarité, beaucoup de partage, beaucoup de monde. Il est à Paris, à l’endroit où on habite. On y retrouve nos familles, nos amis… Il y a un peu tout le monde ce soir. Hier on était là en tant que public, on était un peu tendu et en fait en voyant autant de gens ensemble qui sautent à l’unisson, on s’est dit « Non en fait c’est trop bien ! » T’as beau être le plus stressé du monde, il y a tellement de bienveillance dans ce festival que tu peux que kiffer. Même si t’as un problème technique, tu peux que kiffer !

VR.fr : Ça fait plusieurs mois, depuis plus d’un an même, que vous arpentez les routes de France… Pas trop fatiguée ?

LEJ : Un petit peu mais c’est bon signe, et on a eu six mois pour se reposer. Se reposer et en même temps travailler, mais c’était plus cool. On avait vraiment hâte de revenir sur scène, ça nous avait trop manqué. La scène, c’est quelque chose qu’on adore, dans lequel on s’épanouit vraiment. Trop contentes de monter ce soir sur scène !

VR.fr : Quel a été le public le plus marquant jusque là ?

LEJ : En général tous les publics du Nord sont particulièrement chauds, les Belges sont au top du top. Les Canadiens aussi. Mais parfois c’est surprenant, l’année dernière on a fait beaucoup de genre de festivals différents dont des festivals très très familiaux ou bien avec que des jeunes. Et parfois, il y avait beaucoup plus d’ambiance lors de ces festivals plus familiaux. Peut-être qu’ils ont moins l’habitude de bouger, et là ils se lâchent. Il n’y a pas de top 1. Il y a peut-être un top 8 mais pas de top 1. Après je pense que ça dépend aussi de nous, de l’énergie qu’on donne, du partage qu’il y a entre les deux. Il n’y a pas un public qui se fait sans l’artiste et un artiste qui se fait sans public, c’est un échange.

"Notre premier album sort en décembre 2017 !"

VR.fr : Bon ça fait un moment que vous nous teasez le premier album… Sort-il en 2017 déjà ?

LEJ : Oui, il sort en décembre. Si tout se passe bien évidemment. On aurait bien aimé le sortir plus tôt, mais on a vraiment pas eu le temps, à part dormir ou faire du live. On avait pas la tête à ça, l’inspiration. La scène on la vit tellement à fond qu’on a pas eu trop le temps de se poser. Après ça nous a donné beaucoup d’idée aussi.

VR.fr : À quoi peut-on s’attendre pour cet album ?

LEJ : À toutes les influences qu’on a essayé de mettre dans nos arrangements, dans nos covers, on va pouvoir les retrouver dans nos compos mais avec nos propres textes en français, nos propres mélodies. Sur le live qu’on fait, il y a déjà des compos inédites et l’univers s’en rapproche beaucoup plus. Avoir fait autant de dates avec des reprises, même s’il y avait que deux compos sur scène, ça nous a permis de voir ce dont on avait envie, ce qu’on voulait ajouter ou enlever comme instrument, ça nous a permis de nous développer. C’est quand même un peu différent des reprises, et tant mieux !

VR.fr : Comment le public a réagi alors ?

LEJ : On a fait qu’une date avec ces nouvelles compos, c’était en Suisse. Ce soir c’est quand même le crash test, puisqu’ils sont Parisiens, le plus gros de notre public est par ici, tout simplement parce que nos potes viennent d’ici. Du coup les festivals comme ça quand il y a autant de monde, c’est un peu des crash tests.

VR.fr : Avant même que votre premier album ne sorte, vous cumulez des millions et des millions de vues sur YouTube, vous avez déjà récolté une Victoire de la Musique… Ça ne fout pas trop la pression ?

LEJ : Si un peu… Mais ça s’est passé tellement vite en deux ans, il s’est passé tellement de choses. On a beaucoup appris en très peu de temps, maintenant on sait ce qu’on veut pas, et on sait à peu près ce qu’on veut. Maintenant on est un peu plus sûres de nous, on va sortir quelque chose qu’on aime, et qu’on apprécie vraiment toutes les trois. Pas de pression pour ça, mais après si ça va marcher ou pas on en sait rien, on verra bien. La pression c’est juste de se dire que des compos c’est des trips que tu mets sur la table et si les gens n’aiment pas tes trips, tu ne peux plus faire ce métier à la même échelle à laquelle on la fait maintenant. C’est vrai que quand t’as goûté à cette échelle là, c’est très dur d’en sortir parce que c’est incroyable le nombre d’émotions que ça procure, juste de monter sur scène. Du coup c’est plus risqué qu’avant, et justement, c’est plus excitant. On a vraiment hâte de sortir un premier single et d’en voir les réactions. On sait qu’elles ne seront pas forcément positives mais on a qu’une hâte, celle de sortir nos chansons.

VR.fr : Revenons sur ce fameux mashup Summer 2015, vous avez ressenti quoi quand vous avez vu les vues décoller à une vitesse incroyable sur YouTube ?

LEJ : Pendant plus d’un mois et demi, on disait « Ne vous inquiétez pas, c’est qu’un buzz, ça va redescendre ». On s’est pas mal protégées, on s’est beaucoup parlées pour garder les pieds sur terre. On était hyper bien entourées après, on avait avec nous notre manager, nos techniciens, notre producteur… et on était surtout toutes les trois, ça ne changeait pas d’avant et on savait se réconforter. On comprenait rien, et avec le recul c’est assez inexplicable et incompréhensible quand ce genre de choses arrivent, surtout quand ça nous arrive à nous. Faut en profiter, tant que c’est là !

VR.fr : Vous êtes un peu les pros des tubes de l’été, quels seront à votre avis ceux de 2017 ?

LEJ : On n’est pas les pros des tubes de l’été, on les reprend ! Sinon Wild Thoughts de Rihanna, on l’a pas encore écouté mais il parait que le dernier Parcels et Daft Punk, c’est un bête de tube. Il y a le Nicki Minaj avec Major Lazer aussi. Ça ne va pas être un tube de l’été mais le dernier album de Snoop Doog est méchamment stylé ! Monday de Biga Ranx avec LEJ évidemment (rires) ! C’est vrai que cette année on s’est pas posées la question, on se la pose habituellement comme on doit les reprendre mais cette année non… On est complètement déconnectées !

VR.fr : Il n’y aura donc pas de Summer 2017 ?

LEJ : Non malheureusement, mais il y aura d’autres choses !

VR.fr : Mis à part la fin de la tournée et l’album, quels sont les autres projets qui vous attendent ?

LEJ : La fin de la tournée déjà, plus l’enregistrement de l’album, plus la finalisation de l’album... On est plutôt calées sur la fin de l’année ! On a aussi une petite semaine à Nouméa de prévue pour un concert, à Tahiti aussi, les vacances boulot c’est chanmé !

VR.fr : Pour finir, quel est l’objectif ultime pour LEJ ?

LEJ : C’est vrai qu’on se pose pas trop de questions parce qu’on vit vachement les choses au jour le jour. Sur le long terme en tout cas. C’est sûr que là ce dont on a envie c’est que notre album plaise au maximum de personnes, peut-être à notre public. Et peut-être aussi récupérer des personnes qui ne nous aimaient pas, ça serait super ! Le but ultime c’est vraiment de faire de la scène, la tournée 2018 avant tout, peut-être dans de plus grandes salles, dans plus de pays… !

VR.fr : Merci les filles !