Kaamelott : Alexandre Astier (le Roi Arthur) nous en dit plus sur l'adaptation au cinéma !

Ecrit par

Il faudra faire preuve d'encore un peu de patience !

On l'attendait avec impatience, mais la crise du coronavirus aura eu raison de sa sortie ! Initialement prévue pour ce 25 novembre 2020, l'adaptation de Kaamelott, premier volet a finalement été repoussée de plusieurs mois ! Un léger contre-temps qui n'a pas empêché Alexandre Astier, l'interprète iconique du Roi Arthur, de se confier sur ce projet lors d'une interview pour nos confrères de Première. Il y précise notamment "son envie de faire évoluer le mode de narration, en étendant ses courtes pastilles en un récit plus long". Mais pas que. Choisit comme réalisateur de ce premier long-métrage, l'artiste explique qu'il "s'est éloigné des écrits de Chrétien de Troyes, du XIIe siècle, pour proposer un souverain ayant régné à la fin de l'Antiquité" peut-on lire dans l'article du média français.

"Mon Arthur s'inscrit à la fin de l'Antiquité, ce qui n'est pas le cas de la geste arthurienne à proprement parler, qui ne commence pas avant le XIe ou le XIIe siècle, explique Alexandre Astier. J'essaie d'imaginer un Arthur archéologique qui n'a pas existé ou, en tout cas, de l'existence de qui on doute. Mais il y a quand même la possibilité qu'un ou plusieurs rois du 'Royaume-Uni' de la fin de l'Antiquité aient fédéré toutes leurs forces pour résister à un envahisseur, saxon ou germain. Le film commence donc en l'année 484." explique Alexandre Astier dans cet entretien très intéressant durant lequel il ne souhaite pas "spoiler" l'intrigue. Mais ça, c'était sans compter le professionnalisme de la journaliste Elodie Bardinet, auprès de laquelle l'artiste originaire de Lyon s'est laissé aller à quelques confessions concernant le pitch de son projet...

"Lancelot a pris le pouvoir à la fin de la saison 6, dix ans ont passé, et il est fou, ivre de l'envie de retrouver Arthur et ses chevaliers. Une chasse aux sorcières est organisée. À ce titre, il dépense tout l'argent du royaume en payant des mercenaires saxons. Des Saxons très inspirés : ils envahissent la Grande-Bretagne par l'est, et notamment par l'île de Thanet, qui n'existe plus aujourd'hui parce que l'espace entre l'île et le continent anglais a été comblé. Il s'est donc passé dix ans : les anciens compagnons d'Arthur se sont séparés. Les uns ont opté pour la résistance, d'autres sont devenus des collabos, rangés du côté du pouvoir et manigançant pour aider Lancelot à retrouver Arthur et ses anciens chevaliers." confie l'acteur et réalisateur sur ce qui s'annonce déjà comme l'un des films les plus attendus de 2021. Alors, vous avez hâte ?

Crédit : CALT, M6