Il écope d'un an de prison pour avoir taclé violemment son adversaire !

Ecrit par

Nathaniel Kerr, coupable d'un tacle assassin sur Stuart Parsons en 2014 lors d'un match amical amateur, a écopé la semaine dernière d'une peine d'un an de prison.

C'est à une scène d'une rare violence à laquelle les quelques spectateurs du match amical qui opposait l'AFC Gold Cup à l'Emigration from Offerton ont assisté l'année dernière. Alors qu'il s'agace de voir l'équipe adverse commettre faute sur faute à l'encontre de ses coéquipiers, Nathaniel Kerr voit rouge, et s'en prend violemment au pauvre Stuart Parsons. Les deux pieds en avant et décollés du sol, l'homme originaire de Manchester va littéralement bondir sur son adversaire et lui briser la jambe en deux. Un geste totalement volontaire, qui aura détruit deux vies : prenant en compte la gravité du "tacle" et l'attitude ahurissante de M.Kerr, le juge Stuart Driver a pris jeudi dernier la décision de lui infliger une peine de prison d'un an, et comme pour Johnny Depp, à première vue cela semble complètement wouf !

Il écope d'un an de prison pour avoir taclé violemment son adversaire ! - photo
Il écope d'un an de prison pour avoir taclé violemment son adversaire ! - photo
Il écope d'un an de prison pour avoir taclé violemment son adversaire ! - photo

Mais aussi impensable que cela puisse paraitre, l'affaire ne s'arrête pas là : au-delà de son agression caractérisée, Nathaniel Kerr se serait en plus de cela penché au-dessus de son adversaire en train de se tordre de douleur sur la pelouse, et aurait proféré plusieurs insultes à son encontre ! Un comportement inadmissible, qu'il risque fort de regretter pendant les 365 jours à venir. "Je n'avais jamais vu une agression comme ça sur un terrain de foot", précisera même l'arbitre de la rencontre sur son rapport. Quant au pauvre Stuart Parsons, il aura perdu la faculté de courir, de faire du sport, et son affaire de laveur de carreaux. “J’ai dû apprendre à marcher une nouvelle fois", explique-t-il au Dailymail. Une sanction qui n'apparait donc pas si disproportionnée que cela pour le coupable, un peu comme ces amendes infligées aux parents en retard à la sortie de l'école !

Source : Manchester Evening News Syndication - Crédit : Dailymail