Glass Animals à l'Elysee Montmartre ou l'art du live parfait (report concert)

Ecrit par

Si Glass Animals est connu pour ses chansons planantes, en live, pas le temps de rêvasser. Les anglais ont fait danser comme jamais l'Elysee Montmartre lors d'un concert à l'énergie débordante !

Mercredi 2 novembre, l'Elysee Montmartre affichait complet pour le concert de Glass Animals. Le quatuor anglais joui d'une jolie petite réputation et les fans étaient au rendez-vous pour découvrir en live leur deuxième album, l'excellent How To Be A Human Being. Deux ans après la sortie de Zaba, leur premier opus et véritable joyaux d'indie pop aux accents psychédéliques, ils livrent une oeuvre moins éthérée mais toujours aussi planante. On avait donc hâte de découvrir sur scène le groupe. Mais avant d'accéder à l'alléchant plat de résistance, c'était à Sébastien Forrester aka Holy Strays, de chauffer la salle avec une techno expérimentale plutôt très efficace.

Glass Animals commence son set avec la chanson d'ouverture de How To Be A Human Being, la très dansante Life Itself. Dès les premiers accords on comprend que les anglais en ont dans le ventre et qu'ils sont bien là pour faire shaker les booties. Profitant d'un nouvel album aux rythmes plus enlevés, ils déploient une superbe énergie avec un Dave Bayley menant la danse d'une main - ou plutôt d'une voix - de maître. Le chanteur guitariste, élevé au Texas à coup de morceaux hip hop, chante aussi incroyablement bien en live qu'en studio tout en affichant un sens affirmé de la chorégraphie déchaînée.

Le meilleur de leurs nouvelles chansons de Youth à Season 2 Episode 3 en passant par Cane Shuga sont là mais aussi les anciennes, les plus planantes Black Mambo ou Cocoa Hooves. L'excitation est de circonstance lorsque retentisse les premières notes du tubesque et évanescent Gooey. Le concert s'achève avec une interprétation très rythmée du tropical Pools sur lequel la foule danse plus que jamais. Le groupe revient pour un (trop court) rappel parfaitement exécuté. Dave Bayley s'offre un bain de foule pour chanter Love Lockdown, génialissime reprise de Kanye West, l'auto-tune en moins ! Mais quelle joie que le concert se finisse par un rappel se terminant par Pork Soda, une chanson au titre improbable à l'image de son refrain incongru " Pineapples are in my head" ( " J'ai des ananas dans la tête" en vf). Glass Animals aura prouvé, en un peu plus d'une heure de concert, qu'il est l'un des meilleurs groupes du moment à voir en live.