Foals au Cabaret Sauvage, un live fougueux et imprévisible

Ecrit par

Une semaine après la sortie de leur dernier album What Went Down, Foals était en concert au Cabaret Sauvage hier soir à Paris. VirginRadio.fr y était et vous raconte les détails de ce live puissant et imprévisible.

What Went Down, le quatrième album de Foals est sorti la semaine dernière et VirginRadio.fr vous en livrait sa critique des plus positives. C’est donc excités comme des puces que nous nous sommes rendus au Cabaret Sauvage hier soir, une des premières dates du groupe depuis la sortie de leur nouvel opus. L’occasion est parfaite et la salle des plus intimistes, seules quelques centaines de privilégiés sont présents à ce concert qui affichait complet depuis plusieurs mois. Après la première partie Permission, des petits anglais qui risquent de faire bientôt parler d’eux avec leur rock électrique, une certaine effervescence règne sous le chapiteau du Cabaret, la bande de Philippakis est attendue au tournant après l’album brillant qu’elle vient de sortir.

Foals au Cabaret Sauvage, un live fougueux et imprévisible

Le show commence très fort avec le torride Snake Oil, un des titres des plus efficaces du dernier album. La température monte d’un coup. Vient ensuite Olympic Airways dont le refrain est repris avec enthousiasme par le public au poing levé. Yannis Phillipakis lâche un petit « on y va » avant une transition parfaite sur My Number, le tube du troisième album Holy Fire. La foule ne manque bien sûr pas de reprendre les « ouh ouh ouh » du morceau. On se sent à la maison, en famille ! Le chanteur d’origine grec, qui vient de subir une opération, confie qu’il a mal la gorge mais qu’il est très heureux de jouer pour nous ce soir. Et bien nous aussi !

On retrouve ensuite Mountain at my Gates que les fans connaissent déjà par cœur et on se délecte de ce titre alternant entre douceur et semi-hurlement de Philippakis. Les Foals nous emportent avec eux et on se croirait presque dans les montagnes du clip 360°. Le morceau monte en puissance tout au long pour s’achever sur une fin furieuse accompagnée par un jeu de lumière qui s’agite. Magique ! La nouvelle chanson Give It All est annoncée après, laissant un peu de répit au public qui peut alors s’en aller à quelques rêveries.

La voix sortie comme de l’au delà du chanteur retentit ensuite sans un instru dans un premier temps pour Providence, avant que les guitares ne commencent à hurler. Le morceau s’achève alors soudainement avant de reprendre de plus bel avec une fougue indescriptible. Le public est presque en transe. Le show reprend avec le beaucoup plus posé Spanish Sahara où la voix de fausset de Yannis s’élève presque comme un murmure, avant que le groupe ne maitrise totalement la foule sur Red Sox Pugie. Le concert commence sérieusement à prendre de la cadence puisque les Foals ont décidé d’achever tous leurs morceaux par un grondement d’instruments.

Foals au Cabaret Sauvage, un live fougueux et imprévisible

Arrive alors à la manière d’une messe Late Night, on entend même quelques chut au sein du public au sein du titre, puis l’incisif A Knife In The Ocean. Yannis s’excuse de nouveau pour sa voix, même si on ne voit même pas la différence avec celle qu’il a d’habitude. L’ambiance est électrique pour Inhaler où Yannis descend pour une première fois dans le public. Les gars font ensuite mine de partir avant de revenir pour le rappel avec le ravageur What Went Down , dont on attendait beaucoup et qui est loin de nous avoir déçu, et Two Steps Twice où Yannis Philippakis descend de nouveau rencontrer son public dans la fosse. La version live de What Went Down tient toutes les promesses de l'album avec des titres encore plus audacieux et ravageur en concert. Merci Foals pour cette soirée, votre énergie et votre amour nous ont transportés hier soir ! On a d’ores et déjà pris nos places pour l’Olympia le 2 février prochain !

Crédit : meltygroup