Chilly Gonzales s'excuse auprès de Hozier pour l'avoir accusé de plagiat, épisode 3 !

Ecrit par

Suite et fin de la discorde entre Hozier et Chilly Gonzales. Il semblerait que les deux artistes aient finalement trouvé un terrain d’entente…

Troisième et dernier épisode de la saga Hozier/Chilly Gonzales. Dans sa dernière vidéo, le musicien canadien s’était intéressé au titre « Take Me Church », et affirmait qu’il ressemblait fort à un plagiat d’une chanson de Feist « How Come You Never Go There ». « C’est une folle coïncidence que mon amie et musicienne Feist, avec sa chanson « How Come You Never Go There », ait eu exactement la même idée d’utiliser ces accords et ce tempo lent trois fois comme Hozier. » expliquait-il en comparant les deux morceaux. « Take Me To Church ? Peut être que Feist devrait plutôt l’emmener au tribunal ». Alors que ses accusations faisaient rapidement polémique et que les internautes du monde entier donnaient leur avis sur la question, le manager de Hozier avait rejeté les allégations dans les pages du Irish Times, estimant qu’elles étaient « sans fondement et calomnieuses ».

Le journal irlandais affirmait même que Hozier avait décidé de poursuivre Chilly Gonzales en justice et de porter plainte pour diffamation. Un peu dépassé par la tournure des événements, le chanteur a tenu à éclaircir la situation sur son compte Twitter. « Ce que je recherchais à la fin, c’était des excuses. […] Cela a été réglé par Jason Beck (Chilly Gonzales) et je lui en suis très reconnaissant. Je vais continuer à suivre et à respecter son travail et j’ai hâte d’oublier ce problème. Jason Beck a été coopératif et compréhensif et il n’y a aucune rancune de ma part. » Un peu plus tôt en effet, Chilly Gonzales a retiré sa vidéo et publié des excuses publiques. « Je tiens à retirer complètement toute suggestion de violation de droit d’auteur que j’ai pu faire dans ma vidéo Pop Music Masterclass sur « Take Me To Church » la semaine dernière et présente mes sincères excuses à Hozier, dont je respecte le travail. » Affaire close, tout est bien qui finit bien...

Source : Facebook