Angèle illumine l’AccorHotels Arena ! Nous y étions (REPORT)

Ecrit par

La chanteuse enchaînait quatre prestations dans la célèbre salle parisienne.

La salle est pleine, quasiment aucun siège n’a été laissé vacant. Après une première partie réussie, Angèle débarque. Jogging noir, basket assorties et body en dentelle, la chanteuse a lâché ses cheveux et semble à peine maquillée. Naturelle, comme d’habitude. Tous les matins d’abord, pour mettre le public dans l’ambiance, puis Ma Reine à capella, pour lui rappeler que tout le monde est égaux. D’ailleurs, les drapeaux de la communauté gay ne mettent pas longtemps avant de fleurir un peu partout dans la foule. Ils les brandissent fièrement avant de se faire submerger de confettis.

« Ça fait déjà trois jours que je suis là mais c’est toujours aussi intimidant » confie t-elle devant un public déjà acquis à sa cause. Entre interprétations au piano, assise, et chorégraphies travaillées avec ses six danseuses resplendissantes, la jeune belge ne s’arrête pas. Pour Que du love, Angèle est rejoint pas Kiddy Smile sur la scène de l’AccorHotels Arena. Un deuxième duo après son interprétation d’un titre anglais aux côtés de son idole de jeunesse. Des surprises qui ne sont pas pour déplaire aux milliers de personnes qui se sont déplacées. Surtout pas lorsque c’est son frère, Roméo Elvis, qui apparaît au fond de la scène pour leur tube Tout Oublier.

Changement de tenue. Pendant les quelques minutes de battements, un documentaire montre la jeune femme en train de nous faire visiter les coulisses de tournée. Elle revient aussitôt en tenue à paillettes or pour chanter Flou. Le public la connaît par coeur. Comme quasiment l’intégralité de l’album d’ailleurs. L’enthousiasme autour de l’artiste belge est impressionnant. Des plus jeunes aux plus âgés, il y en a pour tous les goûts. C’est déjà le dernier titre, le show est passé à une vitesse folle. Pour terminer, c’est La Flemme. Encore une chanson que tout le monde connaît. Elle remercie le public. Encore et encore. Comme si ce n’est qu’à lui qu’elle devait son immense talent.