AllttA au Fnac Live 2017 : "On ne pense pas à notre musique sans penser au visuel" (interview)

Ecrit par

AllttA jouait à l’affiche du Fnac Festival 2017 le 7 juillet dernier, l’occasion pour la rédac’ de poser quelques questions à ce duo explosif formé par le producteur 20syl (C2C) et le rappeur Mr. J. Medeiros !

Attention coup de coeur, si vous ne connaissez pas encore AllttA il va falloir y remédier de toute urgence ! Ce duo explosif et prodigieux est formé par deux artistes déjà bien connus dans le milieu, du producteur français 20syl (C2C, Hocus Pocus) et du rappeur Mr. J. Medeiros de The Procussions. L’alchimie est folle entre les deux musiciens, les beats ravageurs de 20syl se mêlent à la perfection au flow imparable de son acolyte. C’est comme s’ils étaient fait pour bosser ensemble ! Sur scène, ce sont des sacrés numéros, il ne leur en faut pas beaucoup pour agiter les foules, on ne ressort indemne d’un live d’AllttA. Ils ont une nouvelle fois confirmé la règle le 7 juillet dernier en mettant tout le monde d’accord avec un show tout en puissance. Quelques heures avant leur concert VirginRadio.fr a eu la chance de les rencontrer afin d'en savoir un peu plus sur ce projet particulièrement excitant, découvrez notre interview !

VirginRadio.fr : Salut 20syl, salut Mr J. Medeiros, ravie de faire votre connaissance ! Si vous ne deviez choisir qu’un mot pour décrire AlltA, lequel serait-il et pourquoi ?

Mr J. : Je dirai esthétique !

20syl : Esthétique pour le côté musique et le côté visuel, je pense qu’on a développé un certain esthétisme qui est plutôt personnel. C’est un bon mot pour nous définir !

Mr J. : On ne pense pas à notre musique sans penser au visuel. On prend du temps pour être sûr qu’il y ait une représentation physique d’une chanson. Ça passe par le logo, le design, ce qu’on fait durant le live… On prend du temps pour l’installation, les lumières qui dépendent de la musique, des paroles. On se concentre beaucoup sur l’esthétique !

20syl : Mais peut-on utiliser vraiment le mot esthétique pour la musique ? Comme une musique esthétique, sans prendre en compte le visuel ?

Mr J. : Ah ça c’est une question différente…

20syl : On parle de parti pris, comme le choix qu’on fait pour la chanson, ses couleurs…

Mr J. : On peut en fait, on parle très bien de couleurs musicales, c’est la même chose !

20syl : Je pense qu’on a réussi à créer une signature reconnaissable maintenant dans les sons. En ayant cette signature vocale qui est un élément ultra reconnaissable, ainsi que le grain de mes productions qui, je pense, depuis le temps commence à être aussi reconnaissable. Je pense que les deux alliés marquent encore plus la personnalité du projet.

"On a réussi à créer une signature musicale reconnaissable"

VR.fr : Vous avez joué à l’affiche de pas mal de festival, c’est qui le public le plus dingue ? Je vous avais vu à Solidays l’an dernier je me souviens, et c’était complètement dingue !

Mr J. : Ah oui, c’était dingue ce show là !

20syl : Oui je pense que c’est le meilleur show qu’on ait fait en terme d’ambiance.

Mr J. : J’ai passé un super moment à Lyon, c’était un concert pour des étudiants, pour une école.

20syl : Dour c’était dingue, Nantes aussi.

Mr J. : Et tu sais quoi ? Même si la plupart de nos shows se font à des festivals, on a aussi fait des petits lives. Dans ces cas là, on ne sait pas trop à quoi s’attendre, on ne sait pas si la foule va être folle. Folle pas juste dans le sens marrante, mais dans le sens où les gens font vraiment attention à ce qui se passe, où ils veulent par la suite en savoir plus sur le groupe. C’est plutôt drôle car notre musique n’est pas nécessairement produite pour faire la fête, on n’a pas développé notre musique dans l’idée de la jouer dans les festivals.

20syl : Ce qui est assez drôle, c’est qu’on a vraiment différente perception du rapport avec le public. Par exemple il y a quelques jours on a fait un showcase à la Fnac de Nantes, moi j’avais très peur que ce soit froid, qu’on ait cette sensation d’un truc qui soit un produit dans un magasin. Mais en fait, l’ambiance a été juste folle. Il y avait une telle proximité avec les gens, il n’y avait aucun artifice, moi j’avais mon matos sur une table, lui pas de scène il était à côté de moi. Comme si on faisait un concert dans le salon de quelqu’un. Il y a eu un vrai contact, une vraie spontanéité qui se créé dans ces conditions là grâce à J. car il est vraiment fort dans son rapport avec le public, et du coup c’est vraiment plaisant. Je suis aussi assez impatient de faire des concerts dans des clubs un peu plus confidentiels. C’est vraiment une approche différente, car sur scène quand on a tous nos artifices, l’écran vidéo, les lumières, le son… on est vraiment coupés du public quelque part, on réussit à établir un contact grâce au show etc. mais c’est vraiment pas la même chose quand tu joues à la rock n’ roll avec un micro, des enceintes… C’est vraiment deux exercices différents qu’on apprécie tout autant.

"Notre musique n'est pas nécessairement faite pour les festivals"

VR.fr : Après moi je trouve que votre scénographie reste assez neutre, minimaliste presque…

20syl : Mais il y a quand même quelque chose d’assez mathématique et graphique, c’est minimaliste mais ça dit quelque chose et ça absorbe aussi l’attention du public je pense. Alors que quand on est juste nous deux et nos machines, c’est encore autre chose, c’est vraiment centré sur la performance pure, et même si j’avais un peu peur de ça, ça marche tout aussi bien !

VR.fr : Avant de rentrer sur scène, vous faites quoi ?

20syl : Il fait de l’exercice !

Mr J. : Oui, j’aime m’étirer, je fais des exercices vocaux maintenant. Avant j’en riais, cela fait près de 18 ans que je chante et je n’avais jamais fait d’exercices vocaux. Maintenant que je suis un peu plus âgé, je veux garder ma voix, je ne veux pas qu’elle change, même pour le rap. Les gens ne pensent pas que les rappeurs en ont besoin, et pourtant quand on crie, on met beaucoup de pression sur nos cordes vocales. J’en fais au moins 30 minutes, et j’essaie de rester loin des gens, ne pas trop parler. On essaie de rester calme.

VR.fr : C’est plus important pour vous de produire la chanson parfaite ou donner le live parfait ?

Mr J. : Pour moi ce serait plutôt produire la chanson parfaite.

20syl : Je pense que c’est l’essence de ce qu’on fait. Si on a pas de bonnes chansons, la performance ne serait pas bonne.

Mr J. : Et la chanson reste pour toujours aussi. Je pense qu’en tant qu’artiste c’est dur parce que tu fais travailler ton esprit, tu ne peux pas être conscient de faire une bonne chanson, tu fais toujours une chanson pour toi. Et quand tu essaies de faire une chanson pour qu’elle reste pour toujours, tu n’y arrives quasiment jamais. Tu ne sais jamais de ce qui va rester pour toujours mais je pense qu’à la fin c’est de l’or, c’est le rêve premier d’un artiste d’avoir une chanson qui perdure au delà de sa propre vie. Et c’est difficile de faire ça en hip-hop, parce que c’est une musique assez moderne, ça va toujours au delà du vieux, c’est ça qu’ils font depuis le début, de dépasser le passé. Mais il y a quelques chansons en hip-hop qui sont restées, et si je peux en faire au moins une qui dure au moins 20-30 ans, je serai très excité.

20syl : Le truc aussi quand tu fais un bon morceau tu vas finalement avoir plein de bonnes manières de l’interpréter en live. Parce que tu vas avoir la matière musicale qui va te permettre plein de choses, que ça soit une bonne mélodie, un rythme intéressant, une structure intéressante… Tout ça, ça donne de la matière pour l’interprétation et c’est ce qui se passe sur certaines de nos chansons quand on les joue en live. On se permet des choses dans la structure, le rythme, l’énergie qu’il donne. Il y a pleins de choses différentes, on aime bien travailler nos morceaux en studio et on sait que derrière on va avoir la possibilité de s’amuser avec.

AllttA au Fnac Live 2017 : "On ne pense pas à notre musique sans penser au visuel" (interview) - photo

VR.fr : Apparemment vous avez eu une espèce de coup de foudre musical l’un pour l’autre… Qu’est ce que vous aimez chez l’autre ?

Mr J. : Mon truc préféré est d’être surpris quand il me fait écouter quelque chose, c’est toujours une nouvelle expérience à chaque chanson. Quand on connait quelqu’un on a tendance à attendre quelque chose de cette personne, des attentes prévisibles, et 20syl est toujours capable de changer. Changer dans le sens je ne sais pas ce qu’il fait mais il se permettra toujours de continuer à évoluer, d’être en mouvement. Il se permet d’être inspiré et se met au défi. J’aime être inspiré, j’aime être mis au défi, et il fait les deux. Ce que m’apporte 20syl en tant qu’artiste est qu’il me fait sentir que je fais les choses dans le présent, et je pense que c’est important pour moi.

20syl : C’est aussi ce que j’aime chez lui, il ne reste jamais dans sa zone de confort, il se met toujours au défi de voir ce qui se passe autour de lui pour apporter sa propre créativité. Il est aussi plein d’idées et c’est super de travailler quelqu’un qui te pousse toujours plus loin. Oui, je pense qu’on a la même façon de travailler. Moi plus pour le côté production et lui les paroles, ce projet c’est beaucoup d’idées. Peut-être qu’on a même trop d’idées et on ne sait pas trop où aller mais à la fin c’est beaucoup de matériel, beaucoup d’idées et c’est super tous les jours. On est jamais à court d’idées pour la suite. C’est plus « ok, on a 10 nouvelles chansons, faut qu’on ralentisse ! » Faut qu’on fasse gaffe à ne pas sortir trop vite nos titres, parfois le public a besoin de temps. Mais on a toujours de nouvelles choses en réserve !

VR.fr : AllttA est un projet passager ou vous avez envie de le faire perdurer ?

Mr J. : J’adorerai que ça soit un projet qui perdure. 20syl connait ma position sur ce sujet mais lui il n’y est pas pas forcément autorisé… Il a un emploi du temps très chargé, dès qu’il me montre des productions j’essaie de l’attraper. (rires) Je pense que nous voulons garder ce processus de création et le laisser s’en allait au moment venu…

20syl : Après, lui aussi hein il y a 3-4 projets en même temps ! (rires)

Mr J. : Pour moi, j’adore ce qu’on fait, je sens qu’on commence toujours à produire notre propre son sur ce disque. Avant on retrouvait du 20syl, du Procussions, du Hocus Pocus, là c’est du AllttA et je veux continuer sur cette voie et voir jusqu’où elle va.

"On a peut-être trop d'idées"

VR.fr : Que signifie le signe AllttA d’ailleurs ?

20syl : En fait ça forme le nom du groupe A-L-L-T-T-A.

Mr J. : Et si tu le regardes d’un autre point de vue, tu vois aussi une flèche pointant dans l’espace négatif. AllttA veut dire « plus haut », et quand tu fais le signe, ça pointe vers quelque chose de plus haut aussi. On est obsessionnels !

20syl : Peut-être que parfois on a pas besoin de tous ces trucs symboliques, mais c’est cool et ça fait du bien !

Mr J. : D’ailleurs c’est Solidays qui nous a fait prendre ce signe. On l’avait mis en cover mais sans être vraiment sûr de quoi en faire, et quand on a vu les gens le reproduire parmi le public de Solidays, on s’est dit qu’on tenait un truc. Donc merci Solidays !

VR.fr : Vous êtes tous les deux producteurs. De votre oeil d’expert, qui sont les nouveaux artistes émergents qui vont cartonner dans peu de temps ?

20syl : De mon point de vue personnel, je suis très impressionné par ce que font des artistes comme Anomalie. C’est un producteur musicien de Montréal, il travaille avec Gramatik. Honnêtement quand j’ai vu sa vidéo j’ai juste eu envie de tout arrêter ! Mais après je ne sais pas si c’est le genre de musique qui va « cartonner » à l’international. Je ne suis pas le genre de personnes à pouvoir dire que tel ou tel gamin va percer, à part pour mon neveu qui est très très talentueux. Et je ne dis pas ça uniquement parce que je suis son oncle.

Mr J. : Mes deux producteurs préférés sont 20syl et Stro Elliot de The Procussions. Pareil, je ne pourrais pas dire que ça va « cartonner » mais Stro vient de rejoindre le groupe et pour moi personnellement je dirais que de ce que j’ai vu, j’ai vraiment hâte de voir ce qu’il va faire avec le groupe. Le mec a persévéré depuis tellement longtemps ! The Knife aussi, c’est du punk rap, et si une avenue se crée pour le genre, ça va tabasser. Bon si je ne me fais pas de la production, qui le fera ? (rires)

VR.fr : Pour finir, après la tournée quels sont vos projets ?

20syl : On finit cette tournée d’été, puis on va sortir un nouvel EP de 6 titres qu’on a déjà. Puis on va faire une autre tournée cet automne, pour deux mois. Et l’année prochaine on va sûrement faire des concerts et bosser sur des projets ensemble, peut-être refaire des nouvelles chansons… On verra, pas de vrais plans pour le moment ! Un clip arrive aussi sinon, fin septembre !